Le rêve précède toujours la réalité.

2013-04-20 – Poussière et élections

Le danger se dissimule souvent derrière un simple désagrément. Prenez, par exemple, la fameuse poussière rouge qui se dépose un peu partout en ville, principalement à Limoilou. Elle a fait abondamment jaser et suscité bien des craintes mais, voilà, elle ne représente aucun danger.

Car la poussière rouge, elle n’est que désagréable. C’est simplement de la poussière de fer, oxydée, rouillée et donc rougeâtre. C’est salaud sur la maison, sur la galerie, sur les boiseries mais ça ne représente pas de danger pour la santé.

Le danger, il est ailleurs, caché dans la poussière rouge.

Le danger, c’est le nickel. Le nickel qu’on voit beaucoup moins, sinon pas du tout mais qui, lui, n’est pas très bon pour la santé. Il faut l’éliminer.

La poussière rouge, qu’on doit aussi éliminer, a peut-être constitué une chance pour Limoilou, la chance de découvrir le nickel. De là la fameuse expression «À toute chose, malheur est bon».

Tout ça pour dire que mardi soir dernier, le 16, c’était la réunion annuelle du Conseil de quartier.

Le clou de la soirée

Le clou de la réunion annuelle, c’était Véronique Lalande et son conjoint Louis Duchesne. Ils sont venus raconter leur croisade pour attirer l’attention sur la poussière rouge qui s’accumulait sur leur propriété de Limoilou.

Grâce à un travail de détective et un activisme citoyen structuré, ils ont réussi à attirer l’attention sur ce problème qui affecte d’autres quartiers, et même Lévis. Rénald Boulet, citoyen du Cap-Blanc, est d’ailleurs venu partager son expérience des diverses poussières qui s’accumulent chez lui.

Le dépôt de plaintes auprès du ministère de l’Environnement du Québec a permis de faire effectuer des analyses complémentaires à celles que le couple avait réalisées.

Les résultats ont été rendus publics le 15 avril et ont mis en lumière le fait que les poussières provenaient effectivement du Port de Québec, plus précisément des opérations de la compagnie Arrimage Québec.

Mme Lalande a souligné que les quantités de nickel détectées dépassaient les seuils considérés sécuritaires pour la santé.

Elle considère que tous les paliers de gouvernement sont interpelés et que les élus de la Ville doivent agir pour que cessent les rejets. Ce fut un vibrant plaidoyer, filmé par les caméras de télé de trois réseaux et applaudi par toutes les personnes présentes.

Mme Lalande et M. Duchesne ont créé un site web qui documente l’ensemble du dossier et permet un réseautage pour tous ceux qui veulent aider et agir. Ils organisent d’ailleurs une rencontre publique d’information, le dimanche 28 avril.

Le CCVQ fait partie du Comité de relation avec la communauté mis sur pied l’an dernier par le Port de Québec. On y a appris qu’un plan d’action pour réduire au maximum l’émission de poussières est en déploiement depuis maintenant près d’un an. Plusieurs infrastructures et procédés sont déjà en place et le tout devrait être complété durant l’été. Il est apparu clair que les autorités du Port et les gens d’Arrimage Québec ont authentiquement à cœur de régler ce problème.

L’histoire dira si ce plan suffira ou si d’autres mesures seront nécessaires pour corriger le situation à la hauteur des normes en vigueur. Comptez sur Mme Lalande pour veiller au grain, au cas où les autorités compétentes «dormiraient au gaz», pour reprendre l’expression de quelqu’un que vous connaissez bien.

Les élections dans tout ça

Le clou de la soirée n’a quand même pas occulté le plat de résistance, les élections au Conseil d’administration du Conseil de quartier.

Aux élections d’avril 2012, tous les postes du CA étaient à combler. Une toute nouvelle équipe fut élue.

Cette année, cinq postes étaient à combler, trois hommes et deux femmes.

Alain Samson (président sortant), Guillaume Marchand (secrétaire sortant) et Jean Boudreault ont été élus par acclamation aux trois postes masculins; Jean Boudreault pour un an, Alain Samson et Guillaume Marchand pour deux ans.

Les deux postes réservés aux femmes sont vacants. Aucune candidate. Hmmmm…

Tiens, prenez-connaissance du rapport annuel du Conseil de quartier. Ça travaille fort, ces gens-là. Merci.

Retour à la page d’accueil

 
© Copyright 2005-2006 CCVQ